L’histoire de l’étiopathie

Depuis la nuit des temps et partout dans le monde, l’Homme a utilisé ses mains pour soigner ses semblables. Les traitements manuels se transmettants essentiellement à l’oral, on retrouve malgré tout de nombreuses traces écrites venant de touts les époques dans toutes les zones géographiques.

Scène de reboutement en égypte antique

Scène de reboutement dans la creuse

Particulièrement en France, la tradition des rebouteux a longtemps évolué en parallèle de la médecine instituée.  Pour autant, les représentants de la médecine manuelle; rebouteux, accoucheuses, ont été mis au banc de la médecine classique. Les raisons de la méfiance et du rejet des traitements manuels a résidé dans le manque de formation et de raisonnement scientifique des rebouteux.

À partir du 20ème siècle, l’arrivée en France de pratiques manipulatives venues des états-unis crée un véritable engouement. Pourtant ces nouvelles pratiques restes contraintes dans leur développement par le maintien de raisonnements très loin des standards scientifiques : énergie vitale, chakras, magnétisme (en ostéopathie et chiropraxie), sont toujours actuels et participent au discrédit de ces pratiques par le monde scientifique.

Scène de reboutement au début du 20ème siècle

Christian Trédaniel (1934-2011), Fondateur de l’étiopathie

En réponse aux déviances de ces pratiques est mis en place dès la deuxième moitié du 20ème siècle des groupes de recherche afin d’offrir à la thérapie manuelle les bases scientifiques et le raisonnement cartésien qu’elle mérite. L’issue de ces recherches conduit Christian Trédaniel, en 1963, a fonder “l’Étiopathie”. Cette nouvelle thérapie manuelle va progressivement se créer et forger ses grandes principes : méthodologie thérapeutique spécifique, précise et rigoureuse, compréhension et traitement de chaque pathologie selon un protocole bien défini.

Florent Martinet

Étiopathe

4 rue de Hanovre 75002 Paris

1 rue du Temple 78300 Poissy

06.68.95.61.88